employe-Benjamin-Monticone-Perenco

Benjamin MONTICONE

Géologue

Benjamin est explorateur dans l’âme. Géologue passionné, créatif, il aime partir de rien, cheminer, trouver des compromis, écrire une histoire et convaincre. Un véritable chercheur de baril !

Quel est ton cursus ? Ton parcours ?

J’ai fait l’École Nationale Supérieure de Géologie à Nancy avec une troisième année en apprentissage à l’IFP School - l’Institut Français du Pétrole - Formation GOL.

Enfant, j’adorais les cartes. Je voulais entrer à l’IGN. Mais avec les satellites, cela fait longtemps que les cartes de surface n’ont plus de secret ! Je me suis donc tourné vers la géologie et l’industrie pétrolière pour dessiner les cartes du sous-sol. Tout reste à faire.

J’ai toujours été intéressé par Perenco mais je souhaitais faire mes armes ailleurs avant de rejoindre cette compagnie. J’ai donc démarré mon parcours professionnel dans une startup, Toreador, spécialisée dans le développement et l'exploration d’hydrocarbures dans le bassin parisien. J’ai beaucoup apprécié cette première expérience, très entrepreneuriale, avec des missions polyvalentes et donc formatrices.

Pourquoi avoir choisi Perenco ?

Je pressentais que c’était une compagnie différente et mon expérience me l’a confirmé.

C’est une entreprise familiale dont l’histoire a été fortement influencée par le fondateur. La société est encore suffisamment jeune pour que l’histoire continue à s’écrire au quotidien... Et mon souhait est de prendre part à cette écriture.

La chaine de décision chez Perenco est très courte. On peut avoir des idées, les porter et les voir aboutir en quelques mois, là où ailleurs il faudrait des années.

Quels sont tes missions et les enjeux de ta fonction ?

Je suis un chercheur de barils !

Je suis géologue. Mon métier c’est de trouver du pétrole. Je suis en charge de mettre en évidence de nouvelles opportunités de développement sur des actifs matures, mais aussi de trouver de nouveaux champs. Ma mission consiste donc à recueillir et modéliser des données et proposer des évaluations du potentiel des gisements, de la nature des incertitudes et des risques. Quand je pense avoir trouvé une bonne cible, je réalise des recommandations pour la direction en vue des décisions d'investissement. En fait, j’écris des histoires !

L’amont pétrolier est un métier à risques, car quelles que soient les études menées et quel que soit l’argent investi, tant qu’on n’a pas foré, on ne peut pas avoir de certitude concernant le résultat du puits. Il faut être optimiste, y croire et être force de proposition. Il faut porter les projets de bout en bout pour les voir réaliser un jour. C’est une grande responsabilité.

À 27 ans, Perenco m’a fait confiance. J’ai eu la chance de participer à de belles découvertes au Gabon.

Ce qui est formidable, c’est qu’on a aussi droit à l’erreur. Faire un puits sec, cela m’est arrivé. 

Je suis explorateur dans l’âme. Plus tard, je mesurerai ma réussite au nombre de barils trouvés !

Que préfères-tu dans ton métier ?

Partir de rien. La sensation d'apprivoiser la nature. C’est le cheminement qui est passionnant. Interpréter une ligne sismique, décrire un puits ou un affleurement … et puis forer, attendre le résultat du forage, jour et nuit. Être dans le doute jusqu’au bout. En cas de succès, c’est l’extase !

Quelle est la valeur de Perenco à laquelle tu es le plus attaché ?

La passion.

Questions décalées
  • Votre mot préféré ?

    Rêve

  • Et celui que vous détestez ?

    Conformisme

  • Un remède antistress ?

    Je ne suis jamais stressé

  • Dans une équipe de foot, quelle serait votre poste ?

    L’entraineur 

  • Quel est votre acronyme préféré ?

    STOOIP (Stock Tank Original Oil In Place)

  • Une personnalité que vous adorez suivre ?

    Aucune, je ne suis pas un suiveur

  • Qu’est-ce qui vous manque le plus quand vous êtes loin ?

    Le fromage 

  • Comment restez-vous connecté à vos proches ?

    Je suis pour les relations épistolaires … mais je cède à la facilité en utilisant Skype 

  • Votre pays préféré ?

    La Terre

  • Vos vacances préférées ?

    Avec un marteau